Centre Thérapeutique de la Côte - Route de la Vallée, 9 - 1180 - Rolle (CH)
076 278 8046
valeria.vadilonga@gmail.com

Adolescence

Adolescence

Adolescents: 5 conseils pour gérer la relation

La relation entre parents et enfants adolescents est compliquée pour plusieurs raisons: des différences générationnelles au besoin d’une plus grande autonomie des enfants. Comment pouvons-nous maintenir un dialogue?

L’adolescence est une phase de transition de l’enfance à l’âge adulte et, comme toutes les phases de transition, elle présente la nécessité d’adapter et de changer son comportement en fonction des nouveaux stimuli reçus. Les enfants peuvent se sentir en détresse en raison des nombreux changements auxquels ils sont confrontés et sont souvent déstabilisés. Les parents, pour leur part, ne savent souvent pas comment réagir à ces changements et signalent rapidement aux psychologues leur désorientation et le sentiment qu’ils ne peuvent plus «reconnaître» leur enfant. Que faire alors?

Un dialogue compliqué …

Le dialogue entre parents et enfants à l’adolescence devient de plus en plus difficile. Les garçons recherchent leurs points de référence en dehors de la famille, notamment dans le groupe de pairs, et avec la diffusion de plus en plus répandue des réseaux sociaux, ils sont de plus en plus connectés et de moins en moins disponibles pour une confrontation ouverte avec leurs parents.
 Dans ce tableau complexe, les parents d’adolescents sont souvent confus et ne savent pas se comporter. La routine quotidienne semble continuer comme avant, mais chaque fois que vous êtes seul avec les garçons, vous ressentez une sensation d’inconfort, vous ne trouvez plus de sujet à aborder et vous sentez votre enfant comme un étranger.
 De nombreux parents se découragent alors, pensent ne pas savoir comment faire face à ces difficultés et cessent de chercher un dialogue. En conséquence, les enfants finiront par se sentir abandonnés et «invisibles».

… mais tu ne devrais pas abandonner

Que se passe-t-il si vous abandonnez la recherche d’un point de rencontre avec des adolescents? Si les parents arrêtent de chercher un dialogue avec les enfants, ils se sentiront de plus en plus seuls et invisibles. En effet, ils se sentiront sans support face aux changements et aux défis de cette période compliquée. Jour après jour, la distance entre parents et enfants devient de plus en plus infranchissable. C’est un départ émotionnel très douloureux pour les garçons.

Les adolescents qui se sentent «abandonnés» réagissent en adoptant des comportements impulsifs, à la fois envers eux-mêmes et envers les autres. Cela dépend également de l’immaturité des structures cérébrales, qui ces dernières années n’ont pas encore achevé leur développement (nous en avons parlé ici). Les actes contre soi concernent généralement le corps qui, dans cette phase de la vie, représente la scène sur laquelle mettre en pratique toutes ses souffrances. En fait, le corps est attaqué avec l’espoir qu’en concrétisant sa douleur, il sera enfin possible d’être vu. Toute une série d’actes définis comme des «actes d’automutilation» peuvent donc commencer au cours de cette période, des coupures aux bras aux véritables tentatives de suicide.

Dans d’autres cas, les actes de violence sont dirigés non pas contre eux-mêmes mais contre le monde extérieur.
 Dans ce cas également, l’éventail des comportements dysfonctionnels est très large et va de l’intimidation (de plus en plus répandue sur le Web) aux actes de violence réels, qui se produisent souvent en groupe (par exemple le phénomène des gangs de bébés).

La nécessité d’une limite

La recherche d’une identité stable passe, dans bien des cas, précisément par la mise en œuvre de comportements qui transgressent les règles sociales. L’excitation et la peur se croisent dans un enchevêtrement émotionnel difficile à dissoudre. Les adolescents ont alors besoin de quelqu’un pour leur fixer des limites, contenir ces actions et les aider à comprendre le sens de leurs actions. Si ce type de confinement n’est pas activé, le risque est que les enfants se blessent ou blessent autrui. Par exemple, ils peuvent développer un type de pensée appelé « omnipotent », avec des croyances telles que « je suis invincible, je ne mourrai pas, rien ne pourra m’arriver ». Cependant, ce type de pensée expose l’adolescent à des comportements à risque, tels que des relations sexuelles non protégées ou une toxicomanie. La tâche principale des parents – et de la société – est alors précisément d’établir les limites à ne pas franchir.

Quelques conseils pratiques

Entrer en contact avec des adolescents n’est pas toujours facile, surtout si une distance a déjà été créée avec eux ou si les enfants sont particulièrement enfermés sur eux-mêmes. Voici quelques conseils pratiques pour reprendre le dialogue avec eux:
• Prenez le temps de passer avec vos enfants, faites des choses avec eux, amusez-vous avec eux.
• Écoutez, laissez les enfants vous dire


Retour à la page d’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.